| Accueil | Archives francophones de TidBITS | Sommaire des quatre derniers TidBITS traduits | L'Equipe francophone de TidBITS |

logo de TidBITS
Dernière mise à jour: jeudi, le 4 juin 1998

TidBITS#431/25-Mai-98 :

A peine apparu sur la scène informatique, le maliciel "AutoStart 9805" a déjà engendré des succubes, comme par exemple les variantes B et C qui se font passer pour des utilitaires gratuits. Parmi les autres articles de cette semaine, l'information qu'Apple enlève son agrément à un certain nombre de revendeurs, Tara Calishain nous explique comment trouver des banques de données d'images sur le Web tandis qu'Adam fait le point sur les caractéristiques qui font, à son avis, qu'un navigateur est supérieur à un autre (tout en nous expliquant pourquoi les navigateurs sont si difficilement comparables). Enfin, Connectix annonce une mise-à-jour mineure de Virtual PC ainsi qu'une version beta de RAM Doubler en libre accès qui devrait régler les problèmes rencontrés avec Microsoft Office 98.

Thèmes:


Copyright 1997 TidBITS Electronic Publishing. Tous droits réservés.

Information: info@tidbits.com Commentaires: editors@tidbits.com


Cette édition de TidBITS est rendue possible en partie grâce au soutien financier de:


Ce numéro est traduit de l'américain par:

Coordination et mise en page par :

Vous pouvez trouver ce numéro en v.o. ici: http://www.tidbits.com/tb-issues/TidBITS-431.html


MailBITS/25-May-98

Mises à jour mineures chez Connectix -- Connectix vient de sortir des mises à jour mineures pour Virtual PC et RAM Doubler. Virtual PC 2.01 corrige des problèmes avec les réseaux Ethernet qui utilisent des paquets de type 802.3, ainsi que des problèmes d'installation de certain jeux en incluant CDROM.SYS 2.0.1, et propose un nouveau fichier SYSINI.EXE. Les téléchargements sont de 1.2Mo (pour Virtual PC avec Windows 95) ou de 420Ko (pour Virtual PC avec PC DOS). Connectix a aussi lancé une version "beta" d'une extension qui corrige tous les problèmes de compatibilité connus entre RAM Doubler 2.0.2 et Microsoft Office 98, notamment l'impossibilité de faire tourner Word 98. Bien que ces problèmes n'arrivent que dans des situations bien particulières, si vous avez des problèmes avec Office 98 et que vous pensez qu'ils peuvent être dus à RAM Doubler, cela vaut le coup d'essayer l'extension (un téléchargement de 38Ko). Une fois que Connectix aura finalisé les tests de l'la version beta, ils prévoient d'intégrer code dans RAM Doubler 2.0.3, qui sera disponible sous forme de mise à jour gratuite. [ACE]

<http://www.connectix.com/html/vpc_updates.html>
<http://www.connectix.com/openbeta/ramdoubler203/>


Des variantes de la chenille malfaisante sur le devant de la scène

par Mark H. Anbinder <mha@tidbits.com>

Dr Solomon's Software, le diffuseur actuel de Virex, un utilitaire anti-virus, a annoncé deux mises à jours successive la semaine dernière. Ces nouvelles versions détectent et détruisent deux nouvelles variantes du maliciel AutoStart 9805, décrit à l'origine dans " La chenille Autostart relance la bataille du maliciel sur Mac" dans TidBITS-428. (NdT: "Autostart" est un logiciel malfaisant, pas un virus. Vous pouvez avoir AutoStart sur votre disque dur pendant des siècles, si vous avez désactivé le lancement automatique et n'activez jamais Autostart, il sera inoffensif. Il a donc été choisi de le traduire par maliciel, en référence a "malware - malicious software")

<http://www.drsolomons.com/products/virex/updateno.cfm>
<http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=04864>

D'après Dr Solomon, les nouvelles variantes apparues remplacent les versions précédentes du maliciel si celles-ci existent sur le disque, et chacune d'elle utilise des noms de fichiers différents de la chenille "AutoStart 9805" originale, ce qui les rend plus difficile à détecter. "AutoStart 9805-B", contrairement aux autres, ne redémarre pas l'ordinateur, et "AutoStart 9805-C" n'endommage pas directement les fichiers. Par ailleurs la variante B s'attaque à d'autres types de fichiers.

<http://www.drsolomons.com/vircen/valerts/mac/index.cfm>

TidBITS a été informé de l'existence de quelques utilitaires gratuits conçus pour combattre le maliciel AutoStart 9805. Nous ne pouvons néanmoins pas recommander leur utilisation car ceux-ci ne sont pas capables de détecter les nouvelles variantes. A la place, nous encourageons les lecteurs de TidBITS à contacter le fabriquant de leur application anti-virus favorite et à leur demander des mises à jour. Souvenez vous qu'un logiciel anti-virus qui n'est pas à jour de ses définitions est quasiment inutile, et que bien que le maliciel AutoStart 9805 soit apparu d'abord à Hong Kong, nous avons eu vent de rapports le localisant aussi aux Etats-Unis. Au minimum, assurez-vous que vous avez désactivé l'option Lancement Automatique dans le tableau de bord QuickTime Réglages.


Apple élague son réseau de revendeurs

par Adam C. Engst <ace@tidbits.com>

La semaine dernière, Apple à taillé des coupes claires dans son coûteux réseau de revendeurs en retirant son agrément à environ un tiers de ses 3 600 revendeurs et détaillants américains. De plus, Apple s'est séparé de plus de la moitié de ses fournisseurs de services agrémentés aux Etats-Unis. Le raisonnement d'Apple est de se concentrer sur les revendeurs et les fournisseurs de services qui promeuvent efficacement le Macintosh. En réduisant ainsi son réseau, Apple diminue de manière significative les coûts associés à la coordination des revendeurs et des fournisseurs de services.

<http://www.macnn. com/contributions/channel.shtml>

Je suis certain qu'Apple a retiré son agrément à certains revendeurs qui ne le méritaient pas, mais je pense que dans sa globalité ce changement est sensé. Lorsque j'ai cherché dans l'annuaire des revendeurs Apple pour connaître le nombre des revendeurs dans la région de Seattle, j'ai réalisé que je n'avais jamais entendu parler de cinq d'entre eux parmi les huit existants. Et ceci bien que j'habite à Seattle depuis 7 ans et que j'ai fait partie du groupement local des utilisateurs Macintosh tout ce temps Aucun de ces 5 revendeurs n'est spécialisé dans le Mac alors que deux des trois dont j'ai reconnu les noms sont indiqués comme étant des spécialistes Apple .

<http://buy.apple.com/>

Le fait que les revendeurs qui m'étaient inconnus n'étaient pas marqués comme étant des spécialistes Apple est révélateur. Il est possible que ces revendeurs se servaient de leur agrément Apple pour attirer des clients afin de les diriger ensuite vers des machines PC - on m'a relaté que ce genre de pratiques étaient en cours dans les Supermarchés Informatiques qu'Apple a laissé tomber au début de l'année (cf "Apple en 1998: régression ou recentrage?" dans TidBITS-416).

<http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=04711>

Même si ces magasins ne se servent pas du Macintosh comme d'un appât, les éliminer de la liste des revendeurs Apple n'est pas une mauvaise chose. Quand un magasin vend des Mac et des PC il s'en fiche de recommander une machine plutôt qu'une autre, et il est probable qu'il n'offriront pas le même type de service après vente et n'auront pas le savoir technique d'une boutique spécialisée dans le Mac. En bref, quelle est l'idée derrière tout cela? Tout simplement celle d'une concentration d'énergie de la part d'Apple sur des revendeurs qui acceptent de concentrer leur énergie sur les produits Macintosh.


Chercher des images sur le Web. Chapitre 1: les mots pour le voir

par Tara Calishain <calumet@mindspring.com>

Dans le premier chapitre de cette série d'articles je vais expliquer comment, en cherchant intelligemment, vous pouvez utiliser les moteurs de recherche les plus courants pour trouver des images sur Internet. Dans le deuxième chapitre je vous indiquerai quelques uns parmi le nombre croissant de moteurs de recherche spécialisés dans le domaine iconographique.

AltaVista -- AltaVista vous permet de faire une recherche en utilisant un mot clef spécial "image:". Ainsi la requête "image:girafe" vous renvoie une liste de pages contenant un fichier image dont le titre contient "girafe" ou un mot contenant "girafe," tel "girafe1" ou "girafe9."

<http://altavista.digital.com/>

Si vous utilisez ce mot clef pour chercher des images de girafes, vous serez écrasé sous les 1,400 références renvoyées et abandonnerez probablement tout en levant les bras aux ciel (ou passerez bien trop de temps en ligne à prévisualiser les images); toutefois, si vous faites appel à d'autres mots-clef pour bâtir un contexte de recherche autour de votre image de girafe alors vous obtiendrez des résultas plus satisfaisants. Par exemple, imaginons que vous cherchez des pages 100% girafe. (Rien que des longs cous, pour ainsi dire.) Vous pouvez utiliser le mot clef "title:" afin de chercher des pages comportant le mot "girafe" dans leur titre. Le requête "title:girafe image:girafe" vous renvoie une liste de références déjà plus malléable.

Rappelez-vous que même en utilisant une syntaxe spéciale, AltaVista peut être sensible aux majuscules/minuscules; une requête "image:girafe" et "image:girafe" ne sera pas traitée de la même manière. Si l'on utilise uniquement des minuscules dans un mot, AltaVista trouve toutes les apparitions de ce mot sans majuscules, mais si l'on a par mégarde mis une majuscule alors AltaVista ne cherchera que des mots contenant exactement la même combinaison de majuscules et de minuscules.

D'un autre coté, il se peut que vous cherchiez des images de girafes dans un contexte plus savant. Le mot clef "domaine:" limite la recherche a certains types de domaines, donc la demande de recherche "image:girafe domaine:edu" produit environ 100 résultats d'images de girafes qui se trouvent sur des ordinateurs dans le domaine de l'éducation.

On peut aussi se servir des opérants d'exclusion et d'inclusion d'Alta Vista ("+" et "-") pour le forcer a inclure ou a omettre des termes de votre recherche. Par exemple, il se peut que vous voudriez seulement des photos de girafes "Rothschild". Si vous cherchez "+rothschild image:girafe" vous trouvez une superbe image d'une girafe Rothschild de Kenya. Puisque ces girafes sont souvent appelées "Rothschild's girafe" (en anglais), si vous employez le caractère joker, l'astérisque, pour tenir compte des variations sur le nom, "+rothschild* image:girafe" donne encore quelques pages avec des photos de girafes, y compris une excellente page du zoo de Perth

HotBot -- HotBot est un peu plus complexe, mais cette complexité est utile quand on cherche des images. Au lieu des commandes spéciales qu'emploie AltaVista, HotBot profite des cases a cocher et des menus locaux.

<http://www.hotbot.com/>

La page de recherche simple de HotBot vient d'etre changée pour faciliter la recherche d'images. Il faut employer le menu local "Look For" pour spécifier les critères de base de votre recherche (tous les mots, aucun des mots, la phrase exacte) ou des demandes de recherche plus étroites (il y a une option pour "phrase Booléenne" qui permet de bâtir sa propre requête basée sur des tris booléens). On peut aussi restreindre sa recherche aux titres de pages en sélectionnant "the page title" dans le menu déroulant "Look For".

Revenons à notre exemple déjà abordé pour AltaVista: rechercher des images de girafe sur des pages Web du domaine éducatif. Essayez de remplir le formulaire de la façon suivante: Tapez "girafe" dans le champ "Search the Web" (Recherche sur le Web); conservez la sélection "all the words" (tous les mots) dans le menu déroulant "Look for" (rechercher); dans le menu déroulant intitulé "North America (.com)" sélectionnez "North America (.edu)" et cochez la case adjacente; et enfin, dans la section "Pages Must Include" (les pages doivent contenir) cochez la case Image.

Pour arriver à faire tout ceci il vous faudra endurer beaucoup de pointages avec la souris et de "clicks", mais les résultas sont à la hauteur: HotBot affiche une série de références allant des girafes du zoo de Washington DC, à la vidéo de la naissance d'une girafe. Le formulaire de recherche "More Search Options" (plus d'options de recherche) permet d'ajouter facilement (ou d'exclure) des mots ou des phrases additionnelles tel "Rothschild" ou "Kenya".

HotBot dispose d'une base de données si grande que vous voudrez restreindre encore plus les résultats. Je suggère d'utiliser les options de date du formulaire "More Search Options" pour choisir les pages ajoutées à la base de données d'HotBot avant ou après une certaine date, ou dans un intervalle de temps récent.

Lycos -- Lycos a créé un moteur de recherche tout spécialement destiné au multimédia, appelé "Lycos Pictures & Sounds" (Lycos Images et Sons). Vous entrez les termes de votre recherche, sélectionnez le bouton radio "Pictures" (Images), et clickez sur le bouton "Go Get It" (Va le chercher). Ça n'a pas l'air d'offrir beaucoup de contrôle n'est-ce-pas ?

<http://www.lycos.com/>
<http://www.lycos.com/lycosmedia.html >

Heureusement, Lycos possède aussi une interface de recherche avancée, qui ressemble fortement à celle d'HotBot: Vous pouvez restreindre votre recherche par domaine, type de fichier, et titre. En plus, Lycos utilise une méthode unique de classement des résultats, vous permettant de spécifier l'importance de certains aspects des résultats. Vous pouvez indiquer combien est important la fréquence d'un mot recherché, si les termes de votre recherche doivent apparaître exactement dans le même ordre, et ainsi de suite. Malheureusement, le moteur de recherche "Lycos's Pictures & Sounds" est un peu moins pratique à utiliser que le moteur de HotBot, n'offrant aucune possibilité de construire facilement des expressions Booléennes, et la base de données semble être largement plus petite.

<http://lycospro.lycos.com/ lycospro-nojava.html>

Vue d'ensemble -- Pour la plupart des gens, des sites comme AltaVista, HotBot, et Lycos fonctionnent bien pour rechercher occasionnellement une image. D'autres personnes, toutefois, voudront explorer les moteurs de recherche du Web dédiés aux images, j'en parlerai dans le prochain article de cette série.

[Tara Calishain est le co-auteur du Official Netscape Guide to Internet Research (Le Guide Officiel Netscape de la Recherche sur Internet) et propriétaire de CopperSky Writing and Research.]

<http://www.coppersky.com/>
<http://www.amazon.com/exec/obidos/ISBN=1566048451/tidbitselectro00A/>


Les logiciels de navigation sur le Web: chacun son choix

Adam C. Engst <ace@tidbits.com>

Cela a beau faire des années que j'écris des articles sur les logiciels d'utilisation du réseau Internet, je n'ai jamais écrit d'article portant spécifiquement sur un navigateur Web particulier. Comment cela se fait-il ? Il y a une multitude de raisons. Tout d'abord, un logiciel, ce n'est pas la même chose qu'un livre ou qu'un film : les impressions de tel ou tel individu ne sont pas particulièrement pertinentes. Je peux avoir des raisons très fortement personnelles d'aimer tel ou tel film, par exemple, et ne pas me soucier du fait que personne d'autre ne partage mon opinion. Dans le cas d'un logiciel, en revanche, j'essaye d'arriver à une conclusion relativement objective dont je m'attends à ce qu'au moins un certain nombre d'autres personnes la partagent.

Les navigateurs Web, cependant, sont un terrain dangereux. C'est le cas pour tous les navigateurs et c'est une chose qui me rend fou depuis quelques années. Chaque fois que je demande à quelqu'un quel logiciel de navigation sur le Web il préfère, j'obtiens systématiquement une réponse différente de celle de la personne précédente à qui j'ai posé la question. Le seul consensus qui émerge semble provenir du fait que le nombre de navigateurs disponibles est limité, de sorte que, par défaut, il faut bien qu'un certain nombre de personnes soient d'accord au bout du compte. Si nous disposions d'un plus grand nombre de logiciels de navigation sur le Web, les opinions des gens seraient encore plus variées.

Et c'est là le problème. Si je devais écrire un article sur un navigateur Web, ce dont je préoccuperais avant tout, ce seraient les questions essentielles: fonctionnalités, performances et stabilité. Normalement, je considère que la stabilité ne devrait pas constituer une part importante d'un article sur un logiciel, mais c'est aussi que je m'attends de tous les logiciels dont je parle à ce qu'ils soient relativement stables, ce qui n'a pas été le cas dans bon nombre de versions des navigateurs Web les plus répandus. Ceci dit, comment évaluer la stabilité d'un logiciel de façon juste? Chacun semble vivre une expérience différente. Internet Explorer 3.01 était incroyablement stable pour telle ou telle personne tandis que Netscape Navigator 4.04 n'arrêtait pas de se planter. Inversement, telle autre personne trouve que Netscape Navigator 4.05 est plutôt fiable, tandis que Internet Explorer 4.0 le rendait fou à cause de ses plantages à répétition. J'ai même entendu des gens ne! ! jurer que par telle ou telle version bien plus ancienne des navigateurs les plus répandus. La perception des gens concernant la stabilité des logiciels dépend également bien entendu de l'équipement, des extensions installées et même du type de connexion au réseau Internet. Bref, je n'ai jamais été capable de procéder à la moindre généralisation raisonnable concernant la stabilité des navigateurs Web.

Et les performances, me direz-vous? Essayez d'imaginer toutes les variables qui interviennent lorsqu'on cherche à faire des tests sérieux des performances de logiciels. Il faut tester différents types de pages de façon répétée, puis tester diverses sortes de connexions Internet, chronométrer aussi bien la durée du téléchargement initial que celle du téléchargement à partir de la mémoire cache. Bien entendu, chaque configuration et chaque réglage particulier produit des différences et dès qu'on veut tester quelque chose en rapport avec Internet, il y a toutes sortes de variables en rapport avec les performances de votre machine, de votre connexion, de la connexion de votre fournisseur, de la structure du réseau Internet, de la connexion du serveur visité, de l'importance du trafic sur ce serveur, etc. En toute franchise, c'est un véritable cauchemar. J'ai essayé de faire des tests concernant les performances par le passé, mais j'ai abandonné lorsque j'ai pris conscience du fait que ma méthodologie avait tellement de lacunes qu'elle ne tenait pas du tout debout.

OK, Qu'en est-il des fonctionnalités ? On aborde ici un terrain plus ferme, bien que ce qui est considéré comme une fonctionnalité par certains peut être considéré comme un bogue par d'autres. Par exemple, je suis devenu assez attaché à la fonction AutoComplete d'Internet Explorer lorsque je tape des URL dans la zone d'adresses. Cela prend un peu de temps avant de comprendre ce qui va vraisemblablement se passer pour chaque texte saisi, mais j'ai réussi à m'habituer à ces bizarreries. Par contre, Geoff Duncan, le Rédacteur Technique de TidBITS, déteste cette caractéristique et l'a désactivée dès le départ. De manière similaire, j'apprécie le fait qu'Internet Explorer propose un historique qui fonctionne indépendamment des fenêtres et des sessions, par opposition à l'historique de Netscape Navigator qui est lié à une fenêtre (il disparaît dès que l'on ferme la fenêtre) et à une session (il disparaît lorsque l'on quitte). Geoff, l'éternel contradicteur, et dans ce cas débarquant d'une planète lointaine, revendique pour une raison ou pour une autre que l'historique spécifique à la fenêtre est mieux. Débattre avec Geoff est presque aussi ennuyeux que débattre avec moi, mais par chance, j'ai rarement à débattre avec moi-même.

Mon navigateur actuel -- Voici ce que je vais faire maintenant. Je vais vous dire quel navigateur Web j'utilise principalement en ce moment, et pourquoi. Si vous n'êtes pas d'accord avec moi car mon choix fait planter votre système, ou si votre alternative vous paraît plus rapide, je ne vous contredirais pas.

Cela étant dit, mon navigateur actuel de prédilection est Internet Explorer 4.01, récemment mis en service et dont nous avons parlé la semaine dernière dans TidBITS-430. J'ai eu l'occasion de travailler avec des pré-versions depuis un certain temps et dirais que la version 4.01 diffère de la précédente version 4.0 en 2 points : "Plus rapide, plus stable". Oh, il y a également la compatibilité avec la technologie ColorSync d'Apple, pour l'affichage d'images JPEG, mais franchement, c'est moins un problème pour moi que pour certains infographistes soucieux de l'apparence de leurs images sur le Web.

<http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=04891>

Dans le test que Tonya et moi avons effectué en Janvier, lorsqu'elle a parlé de Internet Explorer 4.0 dans MacWEEK, il était évident que Internet Explorer 4.0 était plus lent que Netscape Navigator (toutes versions). La raison était plutôt simple; Internet Explorer intégrait DHTML (HTML dynamique) dans son moteur de rendu de page, mais les développeurs n'avaient pas eu le temps d'optimiser le code. Par conséquent, chaque page se chargeait plus lentement qu'elle aurait dû (et même plus lentement que dans Internet Explorer PR1, une pré-version qui n'incluait pas DHTML). Aussi, bien que je trouvais que Internet Explorer et Netscape Navigator plantaient mon Mac à des fréquences similaires, la différence était encore trop importante, en particulier si on considère que certaines actions plantaient systématiquement avec Internet Explorer 4.0 (pour voir, essayez donc de chercher "Smith" sur Amazon.com).

<http://www.amazon.com/>

Cependant, avec Internet Explorer 4.01 , les performances ont été améliorées de manière significative. Pour les motifs exposés ci-dessus, je n'ai pratiqué aucun test de performance, mais tout parait plus rapide, particulièrement lorsque l'on revient à une page déjà chargée. Cela devient désormais très comparable à Netscape Navigator, et c'est tant mieux. De plus, et c'est important, je n'ai subi, en plusieurs semaines d'utilisation de versions beta, que deux plantages, interceptés avec élégance grâce à MacsBug.

A ce jour je passe outre les médiocres performances et l'instabilité d'Internet Explorer 4.0 à cause de ses possibilités de configuration plus importantes que celles de Netscape Navigator et qui me permettent d'obtenir une vitesse d'exécution convenable. Mes fonctions favorites sont les suivantes :

<http://www.connectix.com/html/surfexpress.html>

<http://www.nwlink.com/~skylar/wares/>
<ftp://mirrors.aol.com/pub/info-mac/gui/navigator-4-toolbar-patch.hqx>
<ftp://ftphqx.info.apple.com/Apple.Support.Area/Apple_SW_Updates/US/Macintosh/Utilities/ResEdit_2.1.3.sea.hqx>

Je n'ai pas remarqué de grande fidélité à une marque particulière parmi les usagers des logiciels navigateurs, et en ce qui me concerne je ne le suis pas. Si la prochaine version de Netscape Navigator offre dans son lot de nouveautés les fonctionnalités susnommées, je l'adopterais illico. De toute façon je garde les deux navigateurs sous la main, et j'utilise régulièrement les deux pour tester les mise en page HTML, Javascripts, etc... Cependant, je suis curieux de voir ce que des développeurs indépendants vont faire avec le code-source de Netscape Navigator. Je suppose que chacun de nous à une fonctionnalité favorite qu'il aimerait voir implémentée dans son navigateur, la décision de Netscape de proposer gratuitement le code-source de Netscape Navigator pourrait s'avérer très intéressante en vue d'obtenir des nouvelle fonctionnalités innovantes ainsi qu'une stabilité et une performance accrue.

Pour conclure, ce que j'attends d'un navigateur Web est: de bonnes performances, une bonne stabilité et des fonctionnalités qui m'aident à naviguer l'Internet de façon plus efficace. Pour l'instant, et pour mes besoins actuels, cela signifie utiliser Internet Explorer 4.0.1.


Les publications et les sites non-commerciaux à but non lucratif peuvent reproduire ou établir des liens sur ces articles dans la mesure où ils sont attribués. Tout autre doit nous contacter. L'exactitude de nos articles n'est pas assurée. Caveat lector. Les noms de publications, de produits et de sociétés peuvent être des marques déposées.