| Accueil | Archives francophones de TidBITS | Sommaire des quatre derniers TidBITS traduits | L'Equipe francophone de TidBITS | Consignes pour traduire TidBITS | LexBITS |

TidBITS Logo ------------------------------------------------------------------------

TidBITS#553/30-Oct-00

Vous voulez dessiner une arborescence ? Avec la plupart des logiciels de dessin, ce n'est pas une partie de plaisir. Par contre avec ConceptDraw et ses puissantes bibliothèques de fonctions, c'est un jeu d'enfant... Lisez donc notre banc d'essai de la semaine. Nous jetons également un coup d'oeil à Aladdin StuffIt Deluxe 6.0, ainsi qu'aux mises à jour pour Eudora 5.0.1, SETI@home 3.0, Action Files 1.5.4, et Action Menus 1.0.2. Parmi les nouvelles importantes, Tim Gill, le fondateur de QuarkTim quitte la société, Napster sort enfin une version Mac de son logiciel controversé et Priceline.com laisse tomber son idée de vente aux enchères d'articles d'alimentation et d'épicerie.

Sommaire :

Copyright 2000 TidBITS Electronic Publishing. Tous droits r&eacute ;serv&eacute ;s.
Informations&nbsp ; : info@tidbits.com Commentaires&nbsp ; : editors@tidbits.com

Cette édition est rendue possible grâce aux commanditaires suivants :

Ce numéro est traduit de l'américain par :

------------------------------------------------------------------------

MailBITS/30-Oct-00

Sortie de Eudora 5.0.1. -- Qualcomm a sorti Eudora 5.0.1, une mise à jour mineure de son programme de messagerie bien connu (voir "Eudora 5.0 Reads Your Mind" dans le TidBITS-547 pour un test des nouvelles fonctionnalités). Les changements incluent divers petits correctifs et ajustements au carnet d'adresse d'Eudora, quelques petites modifications au correcteur orthographique et aux fonctionnalités IMAP et d'importation. Si vous utilisez actuellement Eudora 5.0, il s'agit d'une mise à jour gratuite qui vaut la peine ; mais si n'avez pas sauté le pas et êtes resté sur une version antérieure, à part une meilleure stabilité, rien ne devrait vous faire changer d'avis. Eudora 5.0.1 requiert un Mac à base de PowerPC et MacOS 8.1 ou suivant. Il s'agit d'un téléchargement de 4,6 Mo. [ACE]

http://www.eudora.com/products/eudora/download/
http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=06112

Mises à jour de Action Files 1.5.4 & Action Menus 1.0.2. -- Power On Software a sorti une paire de petites mises à jour pour Action Files et Action Menus, les deux utilitaires à 30 US$ de la société qui améliorent les dialogues d'ouverture et de sauvegarde de fichier, et qui permettent de créer des menus et des raccourcis clavier personnalisés. (Lire "Get a Piece of the ACTION Files" dans le TidBITS-434 et "Now Menus Reincarnated as Action Menus" dans le TidBITS-503.) Action Files 1.5.4 améliore la compatibilité avec plusieurs applications (BBEdit 6, Adobe Photoshop 6, Adobe Illustrator 9, Microsoft Word 2001, et CodeWarrior), traite quelques problèmes de compatibilité avec MacOS 8.1 ou antérieur, corrige un bogue qui empêchait certains éléments d'apparaître sur la liste des éléments récents. Action Menus 1.0.2 traite les problèmes de compatibilité avec MacOS 8.1 évoqués ci-dessus, et d'autres plus anciens, il corrige un bug qui gênait la création et la supression de raccourcis clavier personnalisés sous MacOS 9.0.x., il corrige un autre bug qui empêchait un affichage correct des documents crées par certaines applications dans le menu des éléments récents, et enfin un bogue avec Multi-Action Menu Commands sous MacOS 9.0.x. Bien que ces mises à jour soient indiscutablement mineures, elles sont gratuites (il suffit d'installer les démos) mais comme ces logiciels touchent à des couches de bas niveau de MacOS, c'est probablement une bonne idée de faire la mise à jour. Action Files 1.5.4 est un téléchargement de 2,3 Mo ; et Action Menus 1.0.2 de 2,2 Mo. (Pendant qu'on y est, félicitations à Power On pour ses logiciels Now Up-to-Date & Contact, qui ont atteint la première place des meilleures ventes au Japon dans la catégorie gestion de projet et planification, toutes plates-formes confondues, dépassant même Microsoft Project et Lotus Organizer sous Windows.) [ACE]

http://www.poweronsoftware.com/products/ACTIONFiles/
http://www.poweronsoftware.com/products/ACTIONMenus/
http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=04931
http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=05619
http://www.poweronsoftware.com/information/pressreleases/japan.asp

Lancement réussi pour SETI@home 3.0. -- L'équipe du projet d'informatique collaborative "SETI@home" - qui utilise la puissance de calcul combinée de millions d'ordinateurs en veille à travers le monde pour analyser les signaux reçus par les radio-télescopes à la recherche de traces d'intelligence extra-terrestre - viennent de lancer la version 3.0 du logiciel client SETI@home pour Macintosh. La version 3.0 peut être utilisée comme économiseur d'écran ou bien comme une application à part entière. Elle est désormais dotée de nouveaux algorythmes "Fast-Fourier Transform (FFT)" à la puissance optimisée ; cette nouvelle technologie permet des gains de performances tels que le logiciel est désormais capable de rechercher deux types de signaux (les "pulsations" et les "triplets"). La version 3.0 augmente également le champ d'analyse des taux de changements de fréquence Doppler et utilise une courbe de Gauss plus serrée pour filtrer les fausses alertes. Le mode de représentation des calculs à l'écran est également plus précis, le graphe 3D s'affiche parfois moins vite que le temps nécessaire à faire le calcul. SETI@home 3.0 pèse 450 Ko en téléchargement et nécessite un ordinateur PPC doté d'au moins 24 Mo de RAM et tournant au moins sous Système 7.5.5 ; à terme, si vous voulez continuer à participer au projet SETI@home, il vous faudra obligatoirement passer à la version 3.0. Si vous n'en faites pas déjà partie, pourquoi ne vous joindriez vous pas à la joyeuse équipe du "TidBITS SETI@home" ? [GD]

http://setiathome.ssl.berkeley.edu/mac.html
http://setiathome.ssl.berkeley.edu/cgi-bin/cgi?cmd=team_join_form&id=3308
http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=05401

Enfin ! Un Napster pour Mac. -- Napster, le logiciel de partage de fichiers musicaux actuellement au centre d'une controverse sur le piratage, et objet des foudres légales de l'industrie du disque, vient de sortir une version bêta pour Macintosh. Ne vous étonnez pas si vous lui trouvez une certaine ressemblance avec son concurrent Macster de Blackhole Media, qui était jusqu'à présent l'outil de choix des "Napsteriens" sur Mac : Napster vient d'acheter Macster et en a fait le logiciel client "officiel" pour Macintosh. Napster prévoit de garder la même équipe de développement afin d'assurer une transition sans heurts. A l'aide du logiciel vous pouvez vous inscrire auprès du service en-ligne de Napster et échanger vos fichiers MP3 et autres avec les membres de la communauté napsterienne et papoter en direct avec les connectés. Napster 1.0b1 pèse 1,3 Mo en téléchargement et requiert un ordinateur PowerPC tournant au moins sous MacOS 8.1 (équipé de CarbonLib 1.4 et d'Internet Config) ; Des versions localisées devraient voir le jour sous peu. [GD]

http://www.napster.com/mac/
http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=06056

Microsoft Entourage - pas si bien que cela finalement. -- Je voudrais juste ajouter une remarque a posteriori à mon article sur Microsoft Entourage dans TidBITS-550 : malgré le fait que sa structure organisationelle s'adapte bien à ma façon de travailler, j'ai rapidement dû me rendre à l'évidence : comme je le craignais, la lenteur d'Entourage rend l'utilisation du logiciel rebutante. Il a fallu plusieurs minutes à Entourage pour effectuer une recherche et afficher les résultats, alors que Eudora n'a mis que quelques secondes à faire la même opération. Idem en ce qui concerne le déplacement ou l'effacement de messages, une opération instantanée sous Eudora mais nécessitant plusieurs longues secondes sous Entourage. Le simple fait de passer d'une fenêtre à l'autre prend du temps. En fait, depuis mon article, j'ai laissé tomber Entourage et suis repassé à 100 % sous Eudora. Et contrairement à ce que j'écrivais, la migration inverse n'est pas si simple que cela : la méthode décrite fonctionne pour les messages de la boîte de réception, mais pas pour le contenu de la boîte de messages sortants. Pour y remédier j'utilise un magnifique script AppleScript nommé Eudora Export, fruit de la collaboration de Dan Crevier et R. Shapiro ; armés de cet outil, les usagers d'Eudora peuvent s'aventurer sans crainte dans Entourage - et en ressortir sans trop de dégats. [MAN]

http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=06139
ftp://ftp.macemail.com/oe/R_Shapiro's_OE_4.5_Scripts.hqx

Priceline.com ne met plus l'épicerie aux enchères. -- Dans "Name That Price on Priceline.com !" (TidBITS-499), nous décrivions une expérience satisfaisante, mais pas renouvelée depuis : l'achat de billets d'avions sur le site Internet d'enchères de Priceline.com. Nous avions également examiné le program WebHouse Club mis en place parrallèlement par Priceline et permettant de faire ses achats d'épicerie, et même son plein d'essence, par le même système d'enchères publiques. Bien que convaincus de l'utilité des magasins d'alimentation en-ligne-et satisfaits des services de HomeGrocer.com (racheté récement par Webvan), nous ne voyions aucune utilité à joindre le WebHouse Club. Après moins d'un an d'existence, Priceline est arrivé à la même conclusion et a supprimé ce service (tout en maintenant les autres services proposés). La morale de cette histoire ? Chaque produit nécessite un modèle de distribution adapté et on ne peut plaquer un modèle économique conçu pour un type de produit sur un autre produit - une vérité qui vaut tout autant pour les canaux traditionnels de distribution que pour Internet. [ACE]

http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=05575
http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=05303
http://www.priceline.com/infoctr/update.asp

Quark perd son fondateur. -- Des sources proches de la société Quark, Inc. nous ont confirmé la nouvelle que le fondateur, Tim Gill a quitté Quark afin de se consacrer pleinement à sa fondation philantropique, la "Gill Foundation". Fred Ebrahimi, Président de Quark et PDG de la société a récement racheté les parts détenues par Gill (50 % du capital de la société étant donné que Quark n'est pas cotée en bourse). Tim Gill avait créé Quark en 1981 et débuté sa carrière en développant le premier traitement de texte pour l'Apple III. Ebrahimi fut recruté comme président du CA et PDG en 1986. Le fleuron de Quark, le logiciel de mise en page QuarkXPress, domine de loin le marché de la PAO depuis sa sortie en 1987. Au siège de la société on a refusé tout commentaire sur ce départ. [JLC]

http://www.gillfoundation.com/
http://www.quark.com/products/quarkxpress/

Résultats du sondage : que faites vous avec votre Mac ? -- Nous nous attendions un peu aux réponses à notre sondage de la semaine dernière, vous demandant de nous indiquer ce à quoi vous utilisez le plus votre Mac. Loin devant on trouve le courrier électronique et le surf sur le Web, avec 87 % et 80 % des voix - il ne fait aucun doute que la grande majorité des personnes ayant répondu au sondage utilisent essentiellement leur ordinateur pour aller sur Internet. En bonne troisième place on trouve le traitement de texte, avec 63 % des voix, ensuite les votes s'étalent sur des domaines variés. Logiciels graphiques, tableurs et PAO/création web récoltent environ 30 % ou plus (c'est donc une activité prépondérante pour un utilisateur sur trois) tandis que le développement logiciel et les jeux recevaient 20% des votes (signifiant par là qu'un participant au sondage sur cinq est un développeur ou un joueur). Les autres catégories - audio et video, bidouillages système et autres ont recueilli 12 à  18 % des voix tandis que les logiciels éducatifs finissaient lanterne rouge avec seulement 5 % des voix. [GD]

http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbpoll=62

Sondage de la semaine : En matière de bande passante, plus c'est gros plus c'est bon -- Si, comme l'indique notre sondage de la semaine dernière les lecteurs de TidBITS utilisent leur ordinateur avant tout pour surfer sur Internet, la question qui suit immédiatement est celle de la bande passante. Quelle est la vitesse de votre accès Internet ? En ce qui nous concerne nous utilisons toute une gamme de connexions - depuis les modems 56 Ko et les répartiteurs 56K jusqu'aux connexions numériques à 128 Ko et du DSL à 256 Ko. Faites vous connaître sur note page d'accueil ! [ACE]

http://www.tidbits.com/

StuffIt Deluxe 6.0 et Expander 6.0 : bien plus qu'une simple mise à jour

par Adam Engst ace@tidbits.com

En passant à la version 6.0, le vénérable système de compression et d'archivage StuffIt Deluxe a été significativement amélioré par l'équipe d'Aladdin Systems. Parmi les nouvelles fonctionnalités, la plus remarquable s'appelle ReturnReceipt ("accusé de réception", en français) : elle permet à l'expéditeur d'un document compressé annexé à un message d'être averti de la décompression de l'annexe. La fonction ReturnReceipt crée un message électronique signalant que le destinataire réalise l'expansion du fichier annexé à l'aide de StuffIt Deluxe 6.0 ou StuffIt Expander 6.0. Les destinataires ont toujours le choix de confirmer ce message. Les version précédentes des produits StuffIt "voient" seulement un fichier texte. Nous n'avons pas encore eu l'occasion de tester cette fonction, mais elle a l'air prometteuse dans certaines situations. D'autres nouveautés en vrac : la recherche d'objets dans les archives StuffIt, de nouveaux formats de fichiers en compression et en expansion, l'annonce automatique optionnelle des nouvelles versions, la coopération avec des programmes anti-virus externes pour scanner automatiquement les fichiers décompressés et la possibilité de réparer les archives endommagées. Il faut noter également que StuffIt Deluxe 6.0 utilise le même format de fichiers que StuffIt 5.x.

http://www.aladdinsys.com/deluxe/

L'application StuffIt Deluxe proprement dite tourne sous la version Beta publique de MacOS X ; malheureusement, on ne peut pas en dire autant des extensions les plus populaires qui se basent sur le Finder MacOS classique ; parmi celles-ci, on trouve Magic Menu, True Finder Integration, Aladdin StuffIt Browser, Archive Via Rename et la possibilité d'utiliser les menus contextuels de StuffItCM. StuffIt Deluxe réclame une machine à base de PowerPC avec MacOS 8.1 ou ultérieur et 6 Mo de RAM disponible. StuffIt Deluxe coûte 80 US$ ; les mises à jour coûtent 30 US$ pour les possesseurs d'anciennes versions de la gamme StuffIt et sont gratuites si vous avez acheté StuffIt Deluxe 5.5 après le 1er octobre 2000.

http://www.aladdinsys.com/deluxe/osx.html
http://www.aladdinsys.com/deluxe/upgrade.html

Simultanément, Aladdin a sorti StuffIt Expander 6.0, la dernière version de son utilitaire gratuit de décompression, d'usage quasi-universel. Parmi les nouveautés figurent la prise en charge de formats supplémentaires, y compris le format Rar, (les formats reconnus ne dépendent plus de StuffIt Engine fourni par DropStuff with Expander Enhancer), une option de notification automatique des mises à jour, et la coopération avec un anti-virus externe pour vérification automatique à la décompression des archives. Aladdin déclare que StuffIt Expander 6.0 est compatible avec MacOS X Public Beta. Comme StuffIt Deluxe 6.0 et DropStuff 6.0 utilisent toujours le format de fichier de StuffIt 5, il n'est pas nécessaire d'avoir StuffIt Expander 6.0 pour extraire les fichiers des archives StuffIt nouvellement créées - les versions 5.x de StuffIt Expander continueront d'assumer ce rôle, mais elles traiteront les demandes d'accusé de réception comme de simples fichiers textes. StuffIt Expander 6.0 nécessite une machine PowerPC tournant sous MacOS 8.1 ou ultérieur (les personnes dotées de systèmes plus anciens s'en tiendront à StuffIt Expander 5.5) ; c'est un fichier de 2 Mo à télécharger.

http://www.aladdinsys.com/expander/expander_mac_login.html

D'un autre côté, Aladdin a aussi sorti DropStuff 6.0 et DropZip 6.0, des mises à jours pour les utilitaires de création d'archives StuffIt et Zip, vendus séparément à 30 US$. Les changements incluent de petites adaptations pour la compatibilité avec MacOS X Public Beta et une option de notification automatique des nouvelles mises à jour. Aucun de ces utilitaires ne gère les demandes d'accusé de réception, fonction réservée à StuffIt Deluxe. La mise à jour d'une ancienne version de DropStuff coûte 15 US$ (celle de DropZip gratuite pour les utilisateurs enregistrés) ; les versions de démonstration téléchargeables font 3,6 Mo chacune.

http://www.aladdinsys.com/dropstuff/macindex.html
http://www.aladdinsys.com/dropzip/macindex.html
------------------------------------------------------------------------

Branchez-vous avec ConceptDraw

par Matt Neuburg matt@tidbits.com

Un jour ou l'autre, on a tous besoin de faire un diagramme. Bien sûr, on peut déjà avoir conscience de l'utilité des diagrames - parfois parce qu'on doit mettre en graphiques les données de l'entreprise. Mais si vous êtes comme moi, les diagrammes vous prennent par surprise ; on n'y pense jamais jusqu'au jour où, subitement, on doit montrer à quelqu'un un concept un peu plus structuré. Et ce n'est pas simplement la présentation finale qui est importante ; c'est tout l'ensemble de la pensée, de la création, de la modification. Ce dont on a besoin, c'est de l'équivalent informatique d'un crayon ou d'un tableau noir, mais en plus propre, plus net, plus rapide ; il faut pouvoir crayonner son idée initiale facilement et rapidement, puis la modeler sans tout foutre en l'air.

Comment faire ça sur le Mac ? Plusieurs programmes dont j'ai parlé dans les précédentes parutions de TidBITS peuvent être utilisés dans ce sens, comme Inspiration, Canvas et même Excel. Mais ConceptDraw, de Computer Systems Odessa Corp. est dédié à cette tâche, en y apportant une jolie facilité, une belle originalité, et pas mal de puissance.

http://www.conceptdraw.com/
http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=06025
http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=05801
http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=04852

Pour comprendre ConceptDraw, explorons-le au travers des trois couches conceptuelles qui se révèlent d'elles-même quand on plonge plus profondément dans ses fonctions : le dessin, les connexions, et les objets "intelligents".

Dessiner. -- Lorsque vous commencerez à utiliser ConceptDraw, vous vous demanderez probablement "Pourquoi tout ce tapage ?" On dirait un programme de dessin. En effet, tous les outils standards de dessin sont là ; si, par rapport aux interfaces puissantes et adroites de Canvas ou de CorelDRAW, ConceptDraw peut sembler un peu maladroit, il ne lui manque pourtant aucune fonctionnalité de base importante.

On peut dessiner un chemin de lignes, de courbes de Bézier et de secteurs de cercles et d'ellipses. Un chemin peut avoir des caractéristiques de couleur, d'épaisseur, être de style point/tiret ou de style flèche. On peut remplir un chemin clos de couleur, de motifs ou d'ombre. Chaque chemin distinct est un objet, et on peut joindre plusieurs chemins ensemble pour en faire un objet ; on peut grouper les objets. On peut redimensionner les objets, les retourner et les faire pivoter. Chaque objet a une fenêtre de texte mobile et on peut y attribuer des styles. Il y a des outils qui permettent d'aligner et de répartir les objets, d'autres pour copier les attributs de style entre objets. Le curseur peut s'attacher à une grille par magnétisme, ou à la bordure, ou encore au profil d'un objet, et on peut "coller" les objets à une ligne de référence. Les documents peuvent même avoir des couches et des pages multiples.

Bien sûr, ConceptDraw ne serait d'aucune utilité si on ne pouvait pas dessiner avec ; cette fonctionnalité seule, toutefois, n'est pas suffisante pour faire un diagramme. Pour cela, il faut des connexions.

Les connexions. -- Dans ConceptDraw, tout objet est soit normal, soit attachable. Un objet attachable a deux points d'attache inhérents, un à chaque extremité. Un objet normal a quatre points d'attache, au centre des côtés de son bloc. Qui plus est, on peut rajouter à un objet autant de points d'attache supplémentaires que l'on veut, et on peut les déplacer ou les supprimer si on change d'avis.

Or, quand on glisse un des deux points d'attache inhérents d'un objet attachable, son autre point d'attache inhérent reste fixe ; l'objet s'élargit et pivote pour compenser. Et lorsqu'on glisse un des points d'attache inhérents d'un objet attachable sur le point d'attache d'un autre objet et qu'on relâche, les points d'attache se joignent ; cela veut dire que si on déplace le deuxième objet en le glissant, en le redimensionnant ou en le faisant pivoter, le point d'attache inhérent de l'objet attachable se déplace en conséquence - alors que son autre point d'attache inhérent reste en place. Alors, si on a des objets normaux liés par des objets attachables, on peut déplacer n'importe lequel des objets normaux sans rompre les couplages.

ConceptDraw présente deux objets connecteurs par défaut - une ligne droite, et une séquence de lignes droites qui, comme par magie, restent droites et perpendiculaires les unes aux autres. Mieux, et c'est là que cela devient vraiment intéressant, on peut transformer n'importe quel objet en un objet connecteur ; ainsi les connexions apparaissent vraiment comme on le souhaite. Et tout objet (objet connecteur compris) peut contenir du texte ; ainsi les connexions sont étiquetées. De plus, on détermine soi-même où se situent les points de connexion de l'objet ; ainsi les connexions restent nettes et précises.

De cette manière, ConceptDraw offre plus de posibilités, pour créer et maintenir un diagramme comme on l'entend, qu'un programme de dessin non dédié ne le pourrait. Mais le meilleur reste encore à venir : les objets de ConceptDraw peuvent être "intelligents".

Objets "intelligents". -- Tout programme de dessin tient à jour, pour chaque objet, certaines données internes le décrivant et dictant la représentation dessinée de l'objet - la hauteur, la largeur, le degré de rotation, les points d'arrêt et autres paramètres déterminants de tous les segments de la trace, l'épaisseur du trait, la couleur de remplissage, le texte et toutes les informations de style de texte de l'objet et ainsi de suite. ConceptDraw, contrairement à tous les programmes de dessin que je connais, vous donne accès directement à toutes ces données. Sélectionnez un objet, peu importe lequel, et choisissez "Show Table" à partir de son menu contextuel, et une nouvelle fenêtre s'ouvre, comme dans un tableur ; ce sont les données de l'objet.

On peut modifier les données dans ce tableau, et les changements s'affichent instantanément sur le dessin ; on a ainsi un contrôle numérique précis sur l'objet. Mais sa véritable puissance apparaît quand, au lieu d'une valeur brute on insère une formule définissant une valeur comme le résultat d'un calcul, en utilisant des opérations mathématiques normales et un répertoire d'autres fonctions mathématiques et d'enchaînements. Ce calcul peut même tenir compte d'autres valeurs du tableau de cet objet - ou du tableau d'un autre objet. Ainsi, on peut lui donner un comportement tout-à-fait personnalisé.

Par exemple, d'habitude quand on fait une rotation d'objet, son texte tourne avec lui ; pour un objet dont le texte ne doit jamais tourner, mettre son TextAngle à -Angle (la négative de la rotation de l'objet même). Pour contraindre la largeur d'un objet à être toujours égale à la largeur d'un autre objet appelé ObjlD1, mettre son Width à ObjlD1.Width. Pour que le texte d'un objet affiche toujours la taille de celui-ci, mettre son TheText à ValToText(Height). On peut doter un objet de son propre menu local personnalisé, dont les éléments peuvent opérer sur les valeurs de l'objet.

Quand on réalise la puissance de l'accès aux spécifications d'un objet grâce à des formules, on peut se sentir pris dun respectueux vertige, comme dans cette gravure célèbre où un savant passe la tête dans un trou du ciel nocturne pour voir, derrière, les engrenages de l'univers. On peut alors regretter de ne pas s'être assez intéressé à la trigonométrie au lycée. Par exemple, j'ai pu créer un objet rectangulaire qui, en rotation, reste toujours un parallèlogramme à côtés verticaux ; mais il m'a fallu boire quatre tasses de café, et après j'ai dû me coucher pour me reposer.

[Kerry Magruder, l'un des créateurs du logiciel de prise de notes HyperNote basé sur HyperCard, a fait des recherches sur l'histoire très compliquée de l'image dont Matt parle ci-dessus. Intéressant à lire. -Geoff]

http://www.earthvisions.net/flat_earth.htm

Mon projet préféré. -- ConceptDraw est livré avec des bibliothèques d'objets normaux et d'objets de connexion, beaucoup d'entre eux intelligents, prêts à être assemblés en diagrammes. Il y a des bibliothèques pour décrire les structures orientées objet et des modèles d'information, tels que Booch, UML, and Express-G (ne vous inquiétez pas, je ne sais pas non plus ce que ça veut dire) ; pour les organigrammes et les flux de données ; pour le tracé de réseaux ; pour montrer les rapports entre pages Web ; pour l'agencement d'un appartement ; pour le dessin industriel ; pour les diagrammes d'organisation et les planning de projet ; et beaucoup d'autres choses, avec en plus, des clip art complémentaires, des symboles et des cartes géographiques.

On peut aussi créer ses propres bibliothèques ; bien sûr, j'ai voulu faire un essai, en utilisant un de mes dadas, les diagrammes de phrases. (Les lecteurs assez agés pourront se rappeler les diagrammes de phrases du lycée ; ex-professeur de langue, je les utilise encore.) Les résultats furent spectaculaires. Après quelques jours de conception et d'expérimentation, j'avais une petite bibliothèque qui rendait les diagrammes de phrases faciles à construire. Les mots individuels sont des objets intelligents dont la longueur de la ligne s'ajuste automatiquement à la longueur du texte, et dont les points de connexion restent régulièrement espacés. Les mots horizontaux sont liés par des objets de connexion indiquant les rapports sujet-prédicat, objet-complément, etc... Les mots-modifieurs -inclinés- sont collés aux mots horizontaux au niveau des points de connexion, au moyen de ce que j'appelle "points de contrôle", qui sont trop compliqués pour être expliqués ici. Ma plus brillante réalisation fut "l'angle droit" qui connecte un modificateur à un autre (comme dans "very humane") ; C'est un objet de connexion intelligent qui conserve sa caractéristique d'angle droit et sa rotation quand les points de connexion sont déplacés.

Pour voir ce dont je parle, consulter ma page web ci-dessous, qui montre deux de mes diagrammes de phrases. Mais on n'y apprendra pas grand chose car le plus important n'est pas le diagramme lui-même, mais le processus de sa création. Il faut me faire confiance quand je dis que, une fois que j'ai eu développé la bibliothèque, les diagrammes furent vraiment rapides et faciles à réaliser.

http://www.tidbits.com/resources/553/sentences.html

Ma liste de souhaits. -- ConceptDraw est un programme jeune, avec des mises à jour fréquentes, et il paraît immature, voire un peu brut par certains côtés. Il gère l'espace écran comme une adaptation de Windows, avec la barre d'état en bas et d'innombrables palettes en haut. L'interface est singulière : de nombreuses actions banales ne sont disponibles que par la palette de boutons (elles n'ont pas d'équivalent dans les menus), et d'autres sont enfouies dans les fenêtres de dialogues. En cas d'erreur en entrant une formule, on obtient le message d'erreur le plus inutile que j'aie jamais vu. Le programme utilise quelques conventions étrangères au Mac, et il y a énormément de combinaisons clavier "secrètes" qu'on ne peut découvrir qu'avec le manuel.

Le manuel est en HTML correct, avec une excellente utilisation des GIF animés pour décrire les procédures, mais il est pénible et fastidieux, peu informatif ou explicatif, et contient des erreurs qui compliquent les choses. Ce qui manque surtout, c'est un tutorial, ainsi qu'un guide pour les bibliothèques, qui ne sont pas expliquées du tout. De plus, il faudrait l'aide d'un anglophone natif pour corriger les erreurs d'orthographe et de grammaire répandues dans les manuels et dans le programme lui-même.

J'ai vu ConceptDraw se planter de temps en temps, particulièrement quand j'essaie de coller quelque chose qu'il n'aime pas. À plusieurs reprises, j'ai dû quitter de force quand il refusait de quitter normalement. Quelques opérations sont très lentes, comme l'ouverture de certaines bibliothèques. Au début, il n'imprimait pas correctement (un texte en rotation ne montrait pas sur papier la même rotation qu'à l'écran), mais les développeurs ont fini par me fournir une bêta qui a arrangé ça. J'ai été également surpris quand j'ai ouvert un document ConceptDraw sauvegardé et que j'ai trouvé le texte corrompu partout où j'avais utilisé des caractères ASCII spéciaux (par exemple, Option-P devenait un point d'interrogation) ; les développeurs m'ont indiqué un réglage qui prévenait ce dysfonctionnement, et m'ont expliqué que c'était un problème de changement de plate-forme, mais pour moi il n'y a aucune excuse au fait que le texte change entre la fermeture et la réouverture d'un document sur la même machine.

Au final, maintenant que j'ai pris goût aux objets intelligents de ConceptDraw, j'aimerais qu'ils le soient encore plus. Si son langage de formules était plus proche d'un langage de programmation, et si je pouvais exprimer des notions telles que "tous les objets auxquels cet objet est connecté", on pourrait parvenir à des effets encore plus puissants. Peut-être que ça viendra dans une version future.

Point final. -- C'est difficile à croire, mais il reste encore quelques points de ConceptDraw que je n'ai pas encore évoqués. On peut personnaliser le comportement des objets par d'autres moyens, notamment : le type de propriétés qui sont verrouillées (par exemple la rotation), la réaction d'un objet quand on le double-clique ou lorsqu'on redimensionne son groupe. Les objets peuvent également contenir des liens, et être utilisés pour ouvrir d'autres documents, d'autres pages dans le même document ou encore des adresses Web. De plus, ConceptDraw est multi-plate-forme. La version Windows gère l'intégration et les liaisons OLE, et possède un filtre d'importation de documents Visio (son principal concurrent, à présent propriété de Microsoft).

http://www.microsoft.com/office/visio/

ConceptDraw réalise deux choses que j'aime vraiment beaucoup. Premièrement il vous aide à dessiner vos schémas, une fonctionnalité qui manquait cruellement à mon Mac jusqu'à présent. Deuxièmement, il est entièrement ouvert à l'utilisateur : il affiche les objets via des tables de données et permet leur personnalisation grâce à des formules. Et je craque pour les logiciels qui savent faire ça. Il a ses défauts, mais il est encore en cours de développement, et donc en cours d'amélioration. En attendant, si vous avez à dessiner ce genre de schémas, ou même si vous pensez que vous pourriez avoir une raison quelconque de le faire, c'est le moment d'aller jeter un oeil sur ce séduisant programme.

ConceptDraw 1.55 nécessite une machine à base de processeur PowerPC tournant sur MacOS 8 ou ultérieur. Il occupe 30 Mo sur le disque dur et se sent à l'aise avec 30 Mo de mémoire vive. Il coûte 160 US$ (conditionné) ou 125 US$ en téléchargement (avec un prix de lancement de 98 US$ encore disponible). Une version de démo est également proposée en téléchargement.

http://www.conceptdraw.com/purchase/
http://www.conceptdraw.com/resources/suppdownl.html

Les publications et les sites non-commerciaux à but non lucratif peuvent reproduire ou établir des liens sur ces articles dans la mesure où référence est faite à leur origine. Tout autre doit nous contacter. L'exactitude de nos articles n'est pas assurée. Caveat lector. Les noms de publications, de produits et de sociétés peuvent être des marques déposées. TidBITS ISSN 1090-7017.

Accueil | Archives francophones de TidBITS | Sommaire des quatre derniers TidBITS traduits | L'Equipe francophone de TidBITS