| Accueil | Archives francophones de TidBITS | Sommaire des quatre derniers TidBITS traduits | L'Equipe francophone de TidBITS | Consignes pour traduire TidBITS | LexBITS | Tronchoscope des traducteurs |


logo de TidBITS

TidBITS#668/24-Feb-03

Nous ne pouvons rester plus longtemps silencieux face à la menace de guerre en Irak, dans cette édition Adam nous fait une déclaration personnelle, soutenue par les autres membres de la rédaction TidBITS. Mark Anbinder de son coté analyse l'achat de Connectix Virtual PC par Microsoft tandis que Tonya Engst fait un retour après un long silence pour une présentation de StickyBrain 2.0.A la rubrique nouveautés nous vous parlons du programme de reprise par Apple des blocs d'alimentation électrique trop bruyants dans certains modèles de G4, nous parlons des nouvelles offres réservées au abonnés .Mac, de la fourniture gratuite de Jaguar à tous les acheteurs MYOB ainsi que les sorties de BBEdit 7.0.2 et WebSTAR 5.2.4.

Sommaire:

Ce numéro est traduit de l'américain par les traducteurs bénévoles de TidBITS-FR : Delauney Jean-Louis -- Denonne Fréderic -- Durand Jeanne -- Furiet Bernard -- Gargantiel Jean-Marc -- Howland John -- Lazard François -- Lesnik Thierry -- Lortal Alain -- Mpondo Dicka Patrick -- Mentzel Henri -- Muthelet Jean-Philippe -- Ravaux Jacques -- Roux Philippe -- Seither Grégoire -- Verwicht Marc

NOUS CHERCHONS DES TRADUCTEURS !!!!! Ca ne vous prendra que 30 minutes chaque semaine, vous permettra d'améliorer votre anglais et d'augmenter votre karma macintoshien ! Venez rejoindre une bande de joyeux drilles amateurs de bonnes bouffes, bons vins et discussions éclairées ! Jetez un coup d'oeil aux consignes de traduction et contactez le coordinateur de la traduction: Grégoire Seither (gregoire@pobox.com).
< http://www.tidbits.com/tb-issues/lang/fr/consignes.html>


Cette édition de TidBITS est rendue en partie possible grâce au soutien financier de :


MailBITS/24-Feb-03

Apple remplace les blocs d'alim des PowerMac G4 -- Si vous avez acheté un Power Mac G4 l'an dernier vous n'avez pas pu ne pas remarquer le bruit de turbine d'avion que font les ventilateurs du bloc alim. Bonne nouvelles, vous allez pouvoir enlever vos boules quiès ! Suite à de nombreuses plaintes au sujet du bruit produit par les modèles 2002 des PowerMac - plus particulièrement par les utilisateurs professionnels dans le milieu de l'audio et de la vidéo - Apple à mis en place un programme d'échange des blocs d'alimentation pour les Power Mac G4. Pour 20 US$ de frais port et de manutention, les propriétaires de Power Mac G4 (ceux dont les trappes des lecteurs CD sont réfléchissants) peuvent recevoir une nouvelle alimentation (incluant un nouveau système de ventilation) qui fonctionne plus discrètement que l'original. Un bon d'envoi prépayé est inclus pour le retour du bloc d'alimentation originale chez Apple. Apple fournit également des instructions pour faire le remplacement soi même, mais recommande aux personnes peu expérimentées de s'adresser à un centre de maintenance agréé (ce qui peut entraîner des frais de main-d'œuvre) Le programme sera en place jusqu'au 30 avril 2003. [JLC]

<http://depot.info.apple .com/?program=acoustic>

Jaguar gratuit avec MYOB -- Ce n'est pas parce qu'Apple propose gratuitement une version "Nouvel utilisateur" de Intuit Quickbook avec tous les nouveaux modèles professionnels de Macintosh que MYOB le rival d'Intuit de longue date abandonne la partie. Et sa riposte est de poids : si vous achetez MYOB rédaction avant le 31 mars 2003 on vous fournit également une copie gratuite de Mac OS X 10.2 . Pourquoi acheter MYOB si Apple nous donne gratuitement QuickBooks me direz vous ? Et bien vous devez savoir que la version fournie par Apple est une version allégée de QuickBooks Pro 5 et vous devez faire la mise à jour payante vers QuickBooks Pro 5 pour pouvoir bénéficier des options de calculs de devis, suivi des opération et du nouvel outil de recherche visuel.[ACE]

<http://www.myob.com/us/products/accountedge/>
<http://quickbooks.intuit.com/qbcom/jhtml/skins/prod_ovw.jhtml?ssaPath=qb_2003_mac_pro_1user>

Mise à jour gratuite BBEdit 7.0.2 -- Bare Bones Software a sorti BBEdit 7.0.2 , une mise à jour gratuite pour les utilisateurs enregistrés de BBEdit 7. Parmi les nouveautés majeures de cette version, on notera une amélioration significative des fonctions de détection et de conversion automatique des formats de fichiers et des langages de programmation. BBEdit sait désormais gérer automatiquement des formats d'encodage à l'ouverture ou à l'enregistrement de fichiers, sait interpréter le code des documents XML et HTLM correctement formés et propose l' encodage correct quand on "Enregistre Sous" et dans le champ de description du document. De plus, BBEdit 7.0.2 est compatible avec Mac OS 9.1 (même si Mac OS 9.2.2 est préférable), permet la correction orthographique dans l'application principale sous Mac OS X et offre une "Philip bar" retravaillée qui se déplace en même temps que l'ascenseur horizontal (étant donné que plus grand monde utilise encore des écrans 9 pouces noir et blanc !)

[NdT: la "Phillip bar" (barre de Phillip) indique la largeur maximum d'une fenêtre si on veut qu'elle puisse encore s'afficher complètement sur un écran de Macintosh original (512 Pixel de large) sans qu'apparaissent des barres de défilement horizontal. Dans une fonte standard telle que ProFont 9, la barre de Philip équivaut à 80 caractères. La barre de Philip porte le nom de Philip Borenstein, auteur des manuels d'utilisation chez Symantec et qui avait demandé à ce que cette fonctions soit implémentée afin qu'il puisse écrire des documents qui s'afficheraient sur tous les écrans informatiqus sans devoir scroller. ].

Enfin, le dictionnaire AppleScript de BBEdit est à nouveau compatible avec l'éditeur Apple Script sous Mac OS 9. Comme d'habitude, Bare Bones a publié la liste complète des corrections et changements. La version BBEdit 7.0.2 est disponible au téléchargement et pèse 12,5 Mo. [GD]

<http://www.barebones.c om/support/updates.shtml>
<http://ww w.barebones.com/support/bbedit/current_notes.shtml>

WebSTAR 5.2.4 mange de la SOAP -- 4D a achevé la dernière version de leur suite logicielle de serveur Internet, WebStar Serveur 5.2.4. Le principal progrès est l'implémentation de SOAP (par la bibliothèque PHP NuSOAP) qui permet l'intégration des services Web de votre serveur avec ceux d'autres applications, comme 4ème Dimension 2003 de 4D. Les autres modifications corrigent de nombreux bogues de 4D Mail, consolident la fiabilité du serveur et améliorent 4D WebMail Pro. La mise à jour de WebSTAR 5.2.4 est gratuite pour les utilisateurs enregistrés de WebSTAR V, coûte 200 US$ à partir de WebSTAR 4 et 300 US$ à partir de WebSTAR 3 et Mac OS X Server. [ACE]

<http://www.webstar.com/>
<http://www.webstar.com/524/>

Mises à jour de .Mac et petites gâteries -- Ceux qui ont décidé de payer pour le service .Mac ont reçu une série d'offres qui ont plus que compensé les 50 US$ de la première année de conversion d'iTools à .Mac. Tout d'abord, il y a eu l'offre de 100 épreuves photos gratuites qu'on pouvait commander directement depuis iPhoto (NDLR: valable uniquement aux USA et au Canada), et maintenant Apple offre une copie gratuite de l'utilitaire de compression DropStuff, d'Aladdin, cadeau d'une valeur de 30 US$. Offre valable jusqu'au 13-04-2003, comme celle de Stuffit Deluxe, d'Aladdin également, à moitié prix. Si on ajoute à cela une poignée de jeux gratuits (le dernier en date est Super Nisqually, de Gamehouse) les frais d'entrée s'avèrent de plus en plus raisonnables. Ne pas oublier de télécharger Virex 7.2 pour OS X, puisqu'il inclut la fonctionnalité eUpdate, qui télécharge d'elle-même les MàJ des définitions de virus. (Mais n'installez pas Virex 7.2 si vous utilisez Fink, le programme de gestion d'installations sous Unix; il y a apparemment incompatibilité entre les 2 programmes.) Il ne reste plus à Apple qu'à offrir un utilitaire de sauvegarde de données valable pour remplacer le très décevant programme Backup, fourni avec .Mac. [ACE]

<http://www.mac.com/>
<http://www.stuffit.com/dotmac/dropstuff.html>
<http://gamehouse.com/nisqually/>

Résultats du sondage: Utilisez-vous Mise à jour Logiciels ? La semaine dernière nous demandions avec quelle fréquence vous utilisiez Mise à jour Logiciels pour vérifier la sortie de nouveaux logiciels. Sur plus de 1600 réponses, 21 % l'ont préréglé pour vérifier quotidiennement, 40 % hebdomadairement (le réglage par défaut), à peine 2 % mensuellement, et seulement 4 % ne l'utilisent pas du tout. Le groupe de réponses le plus intéressant était cependant celui des gens qui l'utilisent manuellement. Comme on nous l'a dit sur le forum TidBITS Talk, beaucoup d'utilisateurs utilisent le panneau Mise à jour Logiciels pour connaître les nouveautés disponibles mais ne le laissent pas télécharger et installer automatiquement. Ils préfèrent soit télécharger manuellement à partir de Mise à jour Logiciels (en utilisant la commande "Télécharger sur le bureau" du menu Fichier de la version Jaguar de Mise à jour Logiciels), soit télécharger manuellement sur le site Apple et installer plus tard. Le fait de n'utiliser Mise à jour Logiciels que pour s'informer des nouveautés disponibles offre l'avantage de pouvoir télécharger/installer à un moment plus propice, mais aussi celui d'attendre les comptes-rendus des utilisateurs plus aventureux et des sites d'infos avant de se risquer à faire l'installation. A propos de sites d'infos, nos résultats ainsi que les commentaires que nous avons reçus indiquent qu'un grand nombre de nos lecteurs apprennent la sortie de ces mises à jour par le biais de TidBITS, ce qui nous renforce dans notre décision de mentionner les MàJ intéressantes, même quand nous avons peu d'infos à ajouter à ces nouvelles. [ACE]

<http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbpoll=79>
<http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=07074>
<http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tlkthrd=1854>

Microsoft s'offre Virtual PC

par Mark H. rédaction <mha@tidbits.com>

Microsoft a annoncé la semaine dernière l'acquisition de toute la gamme Virtual PC de Connectix, tout en précisant qu'elle était surtout intéressée par la technologie de serveur virtuel développée par Connectix. A l'origine cette société avec entrepris de développer Virtual PC pour permettre aux utilisateurs de Macintosh de faire tourner Windows et les applications qui vont avec, ainsi que d'autres systèmes d'exploitation, tel que Linux, conçues pour tourner sur les machines Intel. Ces dernières années, Connectix a sorti Virtual PC pour Windows, qui permet aux utilisateurs de PC de faire tourner simultanément plusieurs machines virtuelles, chacune avec son système d'exploitation. Virtual Server est le dernier né de chez Connectix, celui qui a retenu l'attention de Microsoft. Il offre la possibilité de faire tourner plusieurs serveurs indépendants sur la même machine Windows.

<http://www.microsoft.com/presspass/press/2003/Feb03/02-19PartitionPR.asp>

Microsoft a finalement acheté la gamme des trois produits à Connectix (Virtual PC pour Mac et pour Windows, ainsi que Virtual Server). La firme de Redmond a aussi embauché les membres les plus importants de l'équipe Connectix, afin de continuer le développement de ces programmes. Connectix continuera à vendre et à assurer l'assistance technique de ses produits pendant une période de transition de six mois, le temps que Microsoft les intègre à sa gamme de produits. Après cette période de transition, Microsoft promet d'honorer l'assistance technique pour les clients actuels et de développer de nouvelles versions enrichies. La division Macintosh de Microsoft héritera de Virtual PC pour Macintosh afin de poursuivre son développement.

<http://connectix.com/products/vpc6m.html>
<http://www.microsoft.com/windowsxp/virtualpc/>
<http://www.microsoft.com/windowsserver2003/evaluation/news/bulletins/vmnews.mspx>

Ce n'est pas la première fois que Connectix revend ses technologies, elle l'avait déjà fait pour Apple (MODE32), Logitech (QuickCam), et Sony (Virtual Game Station). La société affirme qu'elle continuera à vendre DoubleTalk et CopyAgent jusqu'à la fin de leur vie. Comme ces deux programmes ne sont compatibles qu'avec Mac OS 9, on peut se demander si Connectix continuera à exister en tant que tel après cette période de six mois. (L'assistance technique pour RAM Doubler devrait également se terminer d'ici septembre 2003.)

Cette acquisition est intéressante pour Microsoft, à plusieurs titres. D’abord, la technologie Virtual Server permet à des serveurs modernes de faire tourner des applications anciennes et facilite l’exécution simultanée d'applications serveur. Ensuite, Virtual PC pour Windows permet aux utilisateurs d’ordinateurs personnels d’exécuter des programmes antiques qui ne seraient compatibles qu’avec des versions antérieures de Windows. Enfin, Virtual PC pour Mac ne peut qu’aider Microsoft à vendre encore plus d’exemplaires de Windows – en fait, Microsoft n’aura plus à se préoccuper de la plate-forme sur laquelle vous utilisez Windows. Et pour les utilisateurs, ce rachat signifie probablement que les versions ultérieures de Virtual PC seront nettement plus performantes, grâce à l’accès au code source de Windows. D’un autre côté, il est possible que la compatibilité avec d’autres systèmes d’exploitation comme Linux soit dorénavant négligée, voir carrément supprimée.

Le sort de Connectix après le mois de septembre 2003 reste en revanche obscur. D’ici là, Connectix continuera à vendre et à gérer le service après-vente de Virtual PC, mais ensuite la compagnie risque de devenir une société commerciale sans produits. Même s’il n’est pas impossible que les propriétaires la fassent cesser à ce moment là, il ne faut pas oublier que Connectix a su se réinventer plusieurs fois dans les 14 ans où elle a créé des produits pour le Macintosh. Roy McDonald, le PDG de Connectix, nous a expliqué qu’ils utiliseraient les six prochains mois pour déterminer ce qui se passerait par la suite ; s’il y a des idées brillantes, nous entendrons certainement encore parler d’eux.

PayBITS: Cette analyse du rachat de Virtual PC par Microsoft
vous a aidé ? Envisagez un don via PayPal !
<https://www.paypal.com/xclick/business=mha%4014850.com>
De quoi s'agit il? Découvrez notre programme PayBITS:
<http://www.tidbits.com/tb-issues/lang/fr/paybits_fr.html/>


Prise de position personnelle sur la guerre en Irak

par Adam C. Engst <ace@tidbits.com>

Je suis en colère, je suis inquiet et je suis triste.

Jusqu'à présent, je me suis abstenu de donner mon opinion sur ce sujet, mais, du fait que j'ai toujours maintenu une relation personnelle à TidBITS, et malgré mon peu d'enthousiasme à laisser filtrer de pareilles affaires dans ces pages, il m'est impossible de me taire plus longtemps. Malgré mon manque total d'influence en matière de politique internationale, rester muet serait me joindre à ceux de nos dirigeants dont l'acquiescement silencieux me paraît honteux. De même, bien que cet article reflète mes frustrations personnelles, mes angoisses et mes peurs, d'autres membres de l'équipe TidBITS - Tonya Matt, Jeff et Mark - ont demandé expressément que leur nom soit cité afin de montrer publiquement leur soutien aux positions que je défends ci-dessous.

Je suis en colère, car il semble que les États-Unis se préparent à mener une guerre contre l'Irak sans provocation directe, sans preuve évidente que ce pays possède effectivement des armes de destruction massive, sans un fort soutien de la communauté internationale, et sans même avoir jamais apporté la preuve indiscutable d'un lien quelconque entre l'Irak et la nébuleuse terroriste Al-Qaida.

Je suis en colère, car le cynique perché sur mon épaule ne cesse de me chuchoter que tout ceci n'est qu'affaire de pétrole, et qu'il ne sert qu'à masquer le manque de résultat dans la traque à Oussama Ben Laden, et que tout ceci doit se faire maintenant afin de ne pas devenir un sujet de controverse en 2004, année de la prochaine élection présidentielle.

Je suis en colère, car malgré une mobilisation citoyenne massive, avec les marches de protestation les plus vastes que l'on ait vues depuis la guerre du Viêt-Nam, et l'ampleur du spectre politique (parfois d'un opposé à l'autre) qui se retrouve à rejeter la guerre, je n'entends quasiment rien de nos représentants élus américains (NdT. z'avez vu des représentants UMP dans les manifs françaises vous ?). S'ils sont contre les bruits de sabre de l'administration Bush, pourquoi n'entendons-nous pas de discours incendiaires comme celui du sénateur Robert Byrd de la Virginie Occidentale ? Et s'ils soutiennent l'inexorable marche à la guerre de Bush, où sont les arguments tentant de nous convaincre que nous devrions envoyer nos enfants, amis et voisins à la guerre ? Où est donc le débat concernant ce que devraient être les buts à long terme d'une guerre en Irak ? J'attends d'eux - nos représentants élus - qu'ils représentent les opinions de leurs mandants ou au moins de tenir leur rôle de leaders politiques, mais en tout cas pas de trembler en silence, en attendant que ça se passe.

<http://byrd.senate.gov/byrd_newsroom/byrd_news_fe b/news_2003_february/news_2003_february_9.html>

Ma colère est teintée d'inquiétude. Je suis inquiet que nous soyons prêts à dépenser des milliards de dollars pour détruire puis reconstruire l'Irak, alors que cet argent pourrait être utilisé de façon productive. Et je ne suis pas uniquement inquiet à cause coûts directs d'une telle guerre, mais aussi des effets que cela pourrait avoir sur une économie chancelante. L'économie ne progresse qu'en temps de certitudes et d'optimisme, et chaque pas que nous faisons en direction de la guerre a des effets catastrophiques sur les places financières de la planète. Cela ne fait qu'ajouter une couche de confusion et de doute à l'ambiance de méfiance vis à vis des résultats affichés par les grandes entreprises, dont l'image est déjà suffisamment mal en point comme cela.

Je suis profondément inquiet, car, quel que soit le résultat de nos actions agressives en Irak, elles enflammeront encore plus ceux qui sont déjà mécontents de la politique étrangère des États-Unis. Nous pouvons fort bien éliminer une menace irakienne tout en donnant naissance à une nouvelle génération de terroristes. Et je suis aussi inquiet du fait que le pas de l'oie du gouvernement des États-Unis en réponse à ces actes de terreur aura tendance à restreindre nos libertés civiques et à augmenter les tensions raciales et ethniques. Il y a une certaine ironie à se rendre compte que ceci peut arriver chez nous, dans un pays construit grâce à la force et à l'intelligence d'immigrants venus de tant de pays.

<http://tompaine.com/op_ad s/opad.cfm/ID/6438>

Mais, par dessus tout peut-être, ce qui m'inquiète le plus, est l'aveu même par l'administration Bush, d'une politique de frappes préventives. Je suis peut-être naïf, mais je pense que les « bons » n'agissent pas de la sorte. Nous avons déjà vu d'autres pays se lancer dans la rhétorique de frappes préventives, et ce serait pure hypocrisie de notre part que de condamner de tels actes chez les autres, mais de les utiliser nous-mêmes. Cette fois ci c'est le gendarme du monde qui nous rejoue le tabassage de Rodney King devant les caméras internationales. (NdT : En 1992, Rodney King, automobiliste noir, avait été interpellé en état d'ébriété par une patrouille de police à Los Angeles et, suite à une altercation avec les policiers, très violemment tabassé alors qu'il était menotté et à terre. La scène, d'une violence inouïe, avait été filmée par un vidéaste amateur - elle a été reprise dans le prologue du film "Malcolm X" de Spike Lee. L'acquittement des policiers par un jury composé uniquement de blancs avait déclenché les pires émeutes raciales depuis 30 ans.)

<http://www.observer.co.uk/iraq/story/0,12239,882526,00.html>

Un véritable sentiment de tristesse vient encore s'ajouter à tout cela. Je suis triste que nous ayons laissé nos dirigeants distordre les mots et leur signification au point de nous faire vivre dans un état de guerre permanent. Les guerres sont faites pour avoir un début et une fin, des antagonistes bien définis et de nobles raisons, du moins en ce qui concerne le camp du bien. (J'ai en effet la naïveté de croire qu‚il peut y avoir un camp du bien.) Il y a d'abord eu la guerre contre la drogue, puis la guerre contre le terrorisme, qui n'est pas près de s'arrêter tant que les Etats-Unis continueront à être détestés dans certaines régions du monde, pour des raisons légitimes ou non. On veut maintenant faire, au sens propre, une guerre en Irak. Ou est passé le désir de vivre en paix ? Est-ce qu'il est passé de mode ? Ou avons-nous vécu en paix si longtemps qu‚il nous faut maintenant une guerre, même non nécessaire, uniquement pour rappeler aux populations l'importance de la paix ?

Je suis triste, encore, de savoir que c'est au nom de raisons aussi faibles que des gens, bientôt, vont mourir : de nombreux Irakiens, mais aussi des Américains, sans oublier des hommes et des femmes d'autres nationalités. Ne nous voilons pas la face - les guerres tuent, souvent beaucoup. Elles tuent les bons comme les mauvais, sans faire la différence entre ceux qui, par choix professionnel, s'exposent sciemment au risque d'une mort violente et les autres, que la vie a placés dans une situation à laquelle ils n'ont pas pu ou voulu échapper.

Je suis triste que le monde ait pu engendrer des hommes comme Saddam Hussein et que le gouvernement américain ait jugé bon dans le passé de le soutenir financièrement et militairement. Même en admettant que c'était faire le choix du moindre mal, il n'est est pas moins vrai que les Etats-Unis ont une responsabilité dans la progression du mal dans le monde. On nous apprend, enfants, à ne pas chercher la bagarre et à essayer de nous entendre avec les autres ; on nous apprend aussi que deux "mal" ne font pas un "bien".

Enfin, je suis triste que parmi toutes ces préoccupations, que je ne suis bien sûr pas le seul à avoir et à exprimer, l'administration Bush soit également incapable de trouver des solutions innovantes au problème irakien, ou qu'elle ne le veuille pas. Sans aucun doute, la démonstration de force a été un instrument de reprise des inspections sur l'armement, et de galvanisation des Nations Unies, mais il y a une grande différence entre une démonstration de force et une guerre ouverte. Tout autour de nous des personnes avancent des solutions alternatives à la guerre - sommes nous devenus blasés au point d'avoir oublié que la guerre ne peut être autre chose qu'un dernier recours?

<http://www.winwithoutwarus.org/>

Je n'ai pas les réponses, et, même si je les avais, les puissants de ce monde ne les écouteraient pas de toute façon. Mais je sais que la guerre qui se prépare n'est pas un jeu vidéo avec points bonus et vie supplémentaires qui permettent de recommencer la partie. Ce n'est pas non plus un film d'action revigorant avec effets spéciaux, explosions et happy end à la fin. Il ne faut pas se leurrer, la réalité est qu'une guerre non provoquée avec l'Irak marque le début et non la fin d'un enchaînement d'événements futurs qui me remplit d'effroi.

Je ne m'attends pas à ce que tout le monde soit d'accord avec moi, pas plus que je n'ai demandé à ceux qui m'ont apporté leur soutien de le faire. Chacun doit décider pour lui-même quoi penser et quoi dire en une telle situation, comme je l'ai fait ici. Ce que j'espère, et que je demande, en revanche, c'est que vous preniez une décision, que vous agissiez en conséquence, en accord avec vos convictions, et en tenant compte des intérêts à long terme du monde entier. Nous n'avons qu'une seule planète, préservons là.


Sticky Brain : enfin un peu d'ordre dans mon foutoir

par Tonya Engst <tonya@tidbits.com>

En 1999, quand mon fils Tristan est né j'ai commencé à perdre pied et à ne plus m'y retrouver dans mes listes de choses à faire. Le problème était de deux ordres : d'un côté, il y avait une quantité de choses qu'il ne fallait pas oublier de faire, dans l'immédiat comme dans le long terme; d'un autre côté, même quand je faisais des listes de choses à faire, je les perdais souvent sous des piles de papiers - ou pire je les oubliais tout simplement.

Au fil des ans (Tristan a trois ans maintenant), j'ai essayé d'organiser mes piles de papiers et mes listes de choses à faire, mais j'étais continuellement prise au dépourvu par les multiples voies par lesquelles l'information arrive jusqu'à moi, à la fois physique et virtuelle, et la nécessité de partager les bases de données de contacts et de calendrier non seulement Adam mais aussi sur la totalité de notre collection de Mac en réseau (nous utilisons le logiciel Now Up-to-Date & Contact ).

Je reçois des infos par courrier électronique. Je collecte des informations sur le Web. Notre bibliothèque publique locale, dont j'assure bénévolement la gestion (et qui à besoin d'une sérieuse mise de fonds pour passer à l'Ere Internet), ne cesse de m'envoyer des piles de papier via le courrier traditionnel. De son coté Tristan ramène à la maison des notes de son institutrice, généralement froissées et enfouies sous des moufles mouillées au fond de son sac à dos. Les Impôts m'envoient des formulaires impénétrables nécessitant des appels téléphoniques à notre comptable. Ajoutez à tout cela quatre années de privation de sommeil, et vous obtenez un beau foutoir.

<http://www.nowsoftware.com/>

Étant donné que ma vie comme membre de TidBITS me rend bien pourvue en logiciels destiné à la gestion des informations personnelles, il est surprenant que j'ai mis autant de temps à trouver un logiciel qui réponde à mes besoins. Et j'ai fini par tomber sur Sticky Brain 2.0 de la société Chronos. Cet utilitaire reprend le concept de l'Aide-Mémoire d'Apple (des Post-it Virtuels) mais le hisse à un nouveau niveau de performances, avec une bonne dose de simplicité (qui le rend facile à apprendre) et de puissance (qui le rend facile à apprécier). Je ne peux plus m'en passer.

Matt Neuburg a testé StickyBrain 1.2.1 ainsi que deux autres utilitaires du même acabit, EZNote 2.01 et Z-Write 1.2.1, dans TidBITS-593. Mon article est donc une mise à jour de ce premier banc d'essai de StickyBrain, mais ne concerne ni EZNote, ni Z-Write, ni aucun des nombreux autres logiciels concurrents dans la gamme des collecteurs de bribes d'information.

<http:// db.tidbits.com/ getbits.acgi?tbart=06529>

<http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=06529>

Collez vos petits bouts de papier -- L'utilisation est simple. Lancez StickyBrain et créez une nouvelle note collante en utilisant le gros bouton "Store anything" dans la palette "Control". Vous pouvez saisir ou coller du texte dans la note, attribuer une catégorie à cette note (utile, quoique pas essentiel, pour la retrouver plus tard), et même lui donner une couleur ou un modèle d'arrière-plan. L'interface est très proche de celle de l'Aide Mémoire Apple (Post-it) bien que dans la version 2.0 une fenêtre de note peut être dotée de barres de défilement et afficher une règle horizontale contenant les fonctions de base d'un traitement de texte.

Saisir ou coller du texte dans une note ne nécessite aucun apprentissage particulier, et pendant plusieurs semaines je me suis contenté de cette utilisation sommaire du logiciel. Cependant, à mesure que je me servais de ce logiciel, j'ai découvert des fonctionnalités qui ont rendu l'ajout et la gestion d'informations plus intéressants ou qui m'on aidé à personnaliser les contenus des notes. Trois de ces fonctionnalités supplémentaires ("Buttons", "Privacy" et "Text grabbing") m'ont fait passer du stade d'utilisatrice occasionnelle à celui de convertie prosélyte.

J'aime particulièrement la fonctionnalité "Buttons", qui vous permet d'ajouter un bouton pour une adresse de courrier électronique, une adresse web, ou un fichier à une note collante. Je n'utilise pas le bouton d'adresse de courrier électronique, mais la note sur laquelle je fais la liste des choses que je devrais acheter pour Tristan a des boutons pointant vers mes boutiques en ligne favorites. Et la note regroupant des informations pour le livre que je suis entrain de relire et corriger pour mon éditeur comporte des boutons pointant vers les sites FTP, web et wiki que le projet utilise. Mes listes de tâches comptables comportent des boutons qui ouvrent les feuilles de calcul appropriées. Si seulement je pouvais personnaliser l'apparence de la taille de ces boutons !

La deuxième fonction que j'apprécie est le fait que chaque note peut être déclarée comme étant "privée". StickyBrain l'encode et protège alors son contenu par un mot de passe. Je m'en suis servi pour empêcher Adam de voir accidentellement sa liste de cadeaux de Noël, et je m'en sers pour protéger des identificateurs et des mots de passe pour certains sites internet. StickyBrain propose d'ailleurs une fonction, qui marche dans Explorer 5.2.2 et dans la version beta actuelle de Safari - mais pas dans Netscape 6.2.2 ou 7.0 - qui permet d'appeler facilement une note contenant l'identifiant et le mot de passe pour une page web en cours.

StickyBrain n'est pourtant pas PGP. Quand je me suis informé de son niveau de sécurité, Chronos m'a décrit l'encodage comme suit : "Ce n'est pas de l'encodage sur 128 bits. C'est simplement conçu pour cacher des données privées à des visiteurs de passage. Si vous souhaitez un blindage à l'épreuve des balles, nous recommandons de placer tout le fichier StickyBrain dans un dossier protégé." (si vous recherchez une application dédiée au stockage et à la gestion des identificateurs et des mots de passe, allez voir Web Confidential de Alco Blom, que Adam a présentée dans TidBITS-441 ou PasswordWallet de Selznick Scientific Software).

<http://www.web-confidential.com/ >
<http://db.tidbits.com/ getbits.acgi?tbart=05020>
<http://selznick.com/products/passwordwallet/>

La troisième fonctionnalité qui me plaît particulièrement est l'option "Grab Text" qui, via un menu contextuel, permet de copier du texte dans une application quelconque, et le coller automatiquement dans une nouvelle note d'une catégorie choisie. Lorsque vous capturez du texte dans Internet Explorer, la note contient en plus un bouton établissant un hyperlien vers la page web d'origine. Le menu contextuel ne marche pas partout - dans mon système sous Mac OS X, il ne fonctionne pas dans les applications Classic, ni dans Netscape. Il marche cependant dans un certain nombre de logiciels dont Eudora, Microsoft Word X et Visualisation Aide. La capture de texte fonctionne partiellement dans la version beta de Safari; l'URL n'est pas automatiquement importée dans StickyBrain. Chronos travaille à une mise à jour réglant ce problème.

(NDT : StickyBrain gère irrégulièrement les caractères accentués (ascii > 127) que nous utilisons entre autres en français; par exemple, dans la partie supérieure de la fenêtre du Browser (liste des titres des notes), les caractères ASCII>127 sont masqués, alors qu'ils sont correctement affichés dans la partie inférieure (contenu de la note sélectionnée).

Parmi les fonctionnalités que je n'utilise pas beaucoup, mais que vous aimerez peut-être, se trouvent les notes déclenchant des alertes à date et heure précises, et celles avec des pages de calendrier incorporées. Et puis il y a des notes qui se comportent comme des documents crées dans un logiciel de traitement de texte, avec des possibilités de régler les dimensions de la page et les marges, un correcteur d'orthographe (avec, en option, la possibilité de colorer les épellations inconnues), une fonction rechercher-remplacer, et une règle qui offre des possibilités de formatage, telles que les tabulations et les indentations.

Vous trouverez peut-être commode le fait que StickyBrain peut importer directement des fichiers texte; le service aide en ligne de Chronos suggère que vous utilisiez cette fonctionnalité pour remplir la catégorie Contacts avec une note pour chaque entrée dans une base de données de contacts. StickyBrain est également capable d'importer des fichiers classiques Stickies, mais pas ceux crées sous Mac OS X.

Classer ses affaires en catégories -- La capacité de StickyBrain de catégoriser est fondamentale parce qu'elle vous permet de voir rapidement les notes qui sont classées uniquement dans cette catégorie. StickyBrain offre un petit nombre de catégories de base pratiques, et vous pouvez en créer d'autres. Chaque catégorie a ses propres paramètres par défaut pour la police, la couleur ou le motif de fond, les dimensions de la fenêtre, et ainsi de suite.

J'ai tout de suite accroché avec le concept de catégories et j'en ai crée une dizaine. L'une regroupe tout ce qui concerne Tristan (listes d'achats à faire, projets artistiques, formulaires de sa garderie à remplir, etc.), et une autre m'aidait à garder en tête tout ce concerne les livres (livres pour enfants, livres pour adultes, livres à acheter comme cadeaux). J'ai également établi une catégorie Argent où j'ai dressé des listes de choses à faire pour tout un tas de tâches financières. Comme cette catégorisation me permet de m'y retrouver facilement dans mes listes , je me suis retrouvé à affiner en permanence mes catégories au cours des semaines suivantes. A mon avis, ces listes me permettent de travailler avec beaucoup plus d'efficacité qu'avant.

Sur le plan professionnel, j'ai établi des catégories pour chaque livre que je suis en train de corriger, notant les guides de style (consignes d'usage et d'orthographe, telles que la différence entre "login" et "log-in" [Ndt: le premier est un nom ou un verbe, le deuxième un adjectif, cf, log-in name, nom d'utilisateur]), aussi bien que des notes sur chaque projet.

Tout ce qui concerne l'ajout d'une note dans une catégorie fonctionne de façon impeccable - si vous savez vous servir un tout petit peu d'un ordinateur, vous maîtriserez l'utilisation de StickyBrain en un tour de main . Et si vos journées sont morcelées entre plusieurs obligations, vous pouvez juste engranger vos infos en vrac et les trier plus tard. Il vaut mieux bien penser les catégories à l'avance néanmoins, parce que reformater les catégories à posteriori nécessite le passage par tout un tas de boites de dialogue et de réglages intriqués, ensuite de quoi il vous faudra appliquer le nouveau style à chacune des notes existantes.

Décoller vos idées -- Une fois que vous avez stocké vos données dans StickyBrain, vous avez envie de les retrouver. Si vous ne pouvez pas les retrouver rapidement en listant les catégories, vous pouvez essayer les deux fonctions de recherche de StickyBrain: soit une simple boite de dialogue "Rechercher", ou bien au travers du visualisateur de notes ("Sticky Browser"). Ce dernier fonctionne assez semblablement à un moteur de recherche Internet qui serait appliqué à votre collection de notes: il est donc facile de retrouver celle(s) que vous cherchez. Si votre espace écran est limité, ou si vous désirez avoir un écran bien rangé, vous pouvez préférer garder les notes fermées et les visualiser dans le Sticky Browser.

Étant donné que j'ai entré dans StickyBrain un paquet d'informations importantes, je suis bien content de voir qu'il fait une sauvegarde automatique. Ces sauvegardes sont personnalisables; vous pouvez décider quand et comment elles se feront. Il enregistre aussi automatiquement les changements que vous faites, à la volée. De plus, et c'est nouveau par rapport à la précédente version, il peut exporter en texte, au cas où l'on aimerait, un jour, exporter ses infos.

Autres fonctions dont j'aimerais pouvoir disposer -- En dehors de toutes ces excellentes fonctionnalités, un certain nombre ne vont pas assez loin à mon goût. Bien que les fonctions de traitement de textes de StickyBrain incluent l'indentation, elles ne proposent pas d'affichage en mode plan ("outlining") dans lequel les têtes de chapitres peuvent être déployées ou repliées, déplacées en bloc, etc. Vu qu'il est si simple de prendre une note, il aurait été utile de pouvoir faire de ces notes un élément de plan ou une section d'un texte. Et en allant encore plus loin, il aurait été parfait que l'on puisse les exporter en RTF pour une importation ultérieure dans Microsoft Word, PowerPoint ou toute autre application compatible RTF, pour utilisation complémentaire.

Outre des outils de structuration du texte pour chaque note, StickyBrain manque aussi d’une fonction permettant de subordonner certains Post-it à d’autres. Il serait aussi agréable d’utiliser des boutons pour relier des notes entre elles. Par exemple ma liste des choses à faire me dit que je dois compléter les formulaires 1099 (déclaration d'employeur) pour les collaborateurs TidBITS. Cette tâche pourrait avoir un lien direct avec mon autre note où j'ai noté des indications sur la façon de remplir ces formulaires

On a l’impression que certaines fonctions ne sont intégrées que petit à petit dans StickyBrain, telle la calculatrice dont la seule fonction est de créer une note contenant les détails du calcul. Autre exemple, StickyBrain fonctionne comme un glossaire global, permettant d’enregistrer et d’insérer des blocs de texte fréquemment utilisés à l’aide de raccourcis clavier ou de menu contextuel. Malheureusement pour moi, le fait que cela ne fonctionne pas en mode Classic sous Mac OS X en limite pour moi l’intérêt. Qui plus est, même si les raccourcis clavier fonctionnent correctement avec la majorité des applications, ce n’est pas le cas avec Eudora et Safari.

D’autres utilitaires comme QuicKeys X et Keyboard Maestro peuvent insérer des bouts de texte fréquemment utilisés dans des d’applications Mac OSX, même s’ils peuvent avoir des problèmes avec certaines applications Classic. Dans TidBITS-602 Matt Neuburg a testé QuicKeys X ; dans TidBITS-628 Adam l’a également essayé ainsi que Keyboard Maestro, avec d’autres utilitaires analogues.

<http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=06603>
<http://db.tidbits.com/getbits.acgi?tbart=06805>

Mettez vous à la colle avec Sticky Brain StickyBrain a un côté sympa : on peut mettre les notes en couleur, les habiller d'une image de fond ; on peut les mettre où on veut et les déplacer à volonté. StickyBrain donne une impression de fouillis organisé qui devrait plaire à tous ceux qui refusent les catégories et les grilles préétablies, ou dont les données personnelles échappent à un classement parfaitement rationnel. StickyBrain s'adresse à des utilisateurs qui souhaitent développer une gestion d'information très personnelle (ça peut aussi concerner ceux qui ont du mal à noter les choses), grâce un outil qui leur offre beaucoup de liberté avec un minimum de configuration préalable, n'abuse pas de leur concentration et n'aboie pas à la première erreur de manipulation.

StickyBrain est une réponse parmi d'autres à ce type d'attente, qui s'exprime déjà depuis des années, mais il faut probablement plus d'une application pour couvrir la diversité des situations personnelles.

Vous pouvez essayer StickyBrain en téléchargeant une version d'évaluation à 30 jours dont toutes les fonctions sont activées. Vous pourrez ensuite choisir entre un numéro d'enregistrement qui vous coûtera 40 US$ ou l'achat du CDROM à 45 US$. La mise à jour de la version précédente coûte 25 US$. StickyBrain fonctionne sur les G3 et G4 sous Mac OS 9 ou Mac OS X 10.2 Jaguar et occupe 10 MB d'espace disque.

<http://www.chronos net.com/&/products/sb_index.html>

PayBITS: La critique de Tonya vous a-t-elle fait adhérer à
StickyBrains et améliorer votre organisation? Encouragez les articles de fond de TIDBITS:
<http://www.tid bits.com/about/support/contributors.html>
De quoi s'agit il? Découvrez notre programme PayBITS:
<http://www.tidbits.com/tb-issues/lang/fr/paybits_fr.html/>


Les publications et les sites web sans but lucratif peuvent réimprimer ou créer des liens vers nos articles en référençant leur origine. Pour les autres, contactez-nous, SVP. Nous ne garantissons pas l'exactitude de nos articles. Caveat lector. Les noms de publication, de produit et de sociétés peuvent être des marques déposées. TidBITS ISSN 1090-7017.

| Accueil | Archives francophones de TidBITS | Sommaire des quatre derniers TidBITS traduits | L'Equipe francophone de TidBITS | Consignes pour traduire TidBITS | LexBITS | Tronchoscope des traducteurs |